UBARoyal Belgian Amateur Radio Union

slideshow 1

Photo: Couloir

CMR-2019 - deuxième semaine

L'équipe est composé de 14 représentants de l'IARU et de ses différentes associations nationales. L'IARU n'est admise qu'en tant que consultat, ce qui veut dire que la présence lors des réunions est possible mais sans avoir le droit à la parole, sauf si le président du groupe de travail pose une question directe. Ceci arrive de temps en temps, mais c'est surtout durant les pauses dans les couloirs que qe fait le lobbying.
Trois représentants sont accrédités: Le Président Tim Ellam, VE6SH, le Secrétaire Dave Sumner, K1ZZ, et Dave Court, EI3IO, Chairman du Region 1 Spectrum & Regulatory Liaison Committee.

Les autres 11 membres de l'équipe IARU sont là pour leur assocation nationale: IARU Vice-président Ole Garpestad, LA2RR, pour la Norvège; Ulli Mueller, DK4VW et Bernd Mischlewski, DF2ZC, pour l'Allemagne; Murray Niman, G6JYB, pour le Royaume Uni; Ken Yamamoto, JA1CJP, pour le Japon; Hans Blondeel Timmerman, PB2T, pour les Pays-Bas; Flavio Archangelo, PY2ZX, pour le Brésil; Bryan Rawlings, VE3QN, pour le Canada; Dale Hughes, VK1DSH, et Peter Pokorny, VK2EMR, pour l'Australie; et Jon Siverling, WB3ERA, pour les États-Unis.
Voici donc les 3 régions IARU représentées, surtout par le DARC, le RSGB, le JRRL, RAC, WIE et ARRL. Sans cette présence il n'y aurait pas de représentation efficace lors de la CMR-19 ni dans les autres rencontres et conférences internationales.

Voici un aperçu des points de discussions majeurs durant cette CMR:


50 MHz en Region 1: Même si certains détails sur la protections des autres services en région 1 persistent, il y a un accord sur une entrée dans la table internationale d'allocation des fréquences au profit du service amateur en région 1. Pour les régions 2& 3 il n'y aura pas de changements. Les décisions de la CMR se font par consensus, et les administrations de la région 1 sont venues à la conférence avec des vues très divergentes entre une allocation primaire de 4 MHz et pas d'allocation du tout. Pour l'instant il est trop tôt pour crier victoire, mais les compromis obtenues dans la sous-commission responsable de ce point, sous la direction de Dale VK1DSH, doivent encore être revus par la commission et la réunion plénière.

Points de la future CMR:

L'IARU ne cherche pas de points spécifiques pour la CMR-23. Avec le spectre 8.3 kHz à 275 GHz entièrement alloué, et quelques bandes au delà de 275 GHz identifiées pour certains services, les nouvelles propositions seront basées sur un partage des bandes. La pression pour de nouvelees applications commerciales est intense. On peut considérer que to chaque CMR où on ne diminue pas le spectre d'un service existant comme le notre est un succès.

La proposition d'inclure la bande amateur 2m dans une étude pour l'allocation au service aéronautique mobile n'a pas resurgit. Par contre une proposition pour la CMR-23 comprend "la revue du service amateur et amateur par satellite pour garantir la protection du service de radionavigation par satellite (espace->terre) dans la bande 1240-1300 MHz.”

Notre statut actiel est déjà clair: Le service amateur est secondaire et le service amateur par satellite est autorisé de la terre vers l'espace sur une base de non-interférence dans le segment 1260-1270 MHz. Dans les RR les services primaires sont déjà protégé; c'est aux régulateurs nationaux d'implémenter cette protection.

Un cas bien documenté d'une telle interférence envers un récepteur Galileo s'est passé il y a plus que 5 ans et a été rapidement résolu par l'administration concernée.  Il n'y a pas eu de cas rapportés depuis concernant des interférences de terminaux d'utilisateurs.

L'allocation au service amateur de la bande 1215-1300 MHz a été faite en 1947 à titre primaire, plus tard cela est devenue une allocation secondaire de 1240-1300 MHz au profit de service de radiolocalisation (radar). Le service de radionavigation par satellite a été rajouté en 2000. Le service amateur a fonctionné à titre secondaire pendant des années avec succès. Vue la faible densité et du faible nombre de transmissions dans cette bande notre vue es t que cette proposition pour l'ordre du jour de la CMR-23 est disproportionée.
L'IARU reconnais que le système Galileo est concernée et ne souhaite pas que le service amateur affecte les opérations de ce service. Il y a déjà eu des adaptations de nos recommandations opérationelles en région 1, et si nécessaire nous sommes disponibles pour continuer dans ce sens.

Dans la CEPT il y a deux campagnes de mesures en cours pour étudier la vulnérabilité et performances des récepteurs Galileo (de 2015 et 2019). Les discussions peuvent plus facilement et rapidement être conduites à l'intérieur de la CEPT. L'IARU pense que ce process offre déjà tous le potentiel pour résoudre les problèmes dans que celaimplique des actions de la CMR et des resources de l'ITU.

Satellites: Même si ce point de nous affecte pas directement – le travail durant la CMR-15 s'en est chargé – l'IARU suit ce point qui recherche du spectre pour la télémétrie, le suivie et la télécommande de satellires non-géostationaires de courtes durées (entre autre les Cubesats). Nous souhaitons l'aboutissement d'un accord, car cela diminuerait les abus dans nos propres bandes. Les discussions se penchent sur du spectre près de 137 MHz (downlink) et 149 MHz (uplink) mais un accord semble encore loin.

Résolutions: Toutes les CMR revoient les resolutions et recommendations adoptées par les précédentes conferences. Cette fois-ci la supression de deux résolutions concernants le service amateurs était proposée.
Résolution 641 interdisait la radiodiffusion entre 7000 et 7100 kHz, revu en 1987 et devenue obsolète en 2003 quand le service amateur a été étendu globalement à 7200 kHz. Les administrations n'ont pas été persuadés que cette résolution était encore nécessaire et aucune modification a été proposé pour couvrir les 100 kHz additinnels. La suppression était mieux que de garder une résolution bancale, donc l'IARU n'a pas insisté poru garder celle-ci.
Après avoir examiné la résolution 642 qui définit les procédures pour soumettre lea publication d'informations sur les satellites amateurs, plusieurs administrations ont déclaré que la supression était prématurée. La résonution de 1979 a donc été retenue sans aucune modification.

Les réunions continuent durant le WE y compris tard le soir. La CMR-19 doit conclure le 22 novembre.